Quelle mousse sur votre toit ?

Il existe beaucoup de sortes de mousses. Et pour le toit en chaume, les effets ne sont pas les mêmes d’une mousse à l’autre. Un toit ancien recouvert de dicranoweisia cirrata et de campylopus introflexus est un signe indiquant que ce toit, quoiqu’ancien, est encore sain alors qu’un toit relativement récent passablement recouvert d’eurhynchie allongé indique clairement que le chaume reste humide trop longtemps.

Les mousses sont moins nuisibles que les algues car elles ne forment pas une couche hermétique. L’influence des mousses sur le temps de séchage du chaume est donc moins grande que l’influence (négative) des algues.